Le groupe Bell se maintient dans un contexte difficile

09.08.2012, Communiqué ad hoc selon lʼarticle 53 RC

Le groupe Bell est parvenu à conserver son volume des ventes au premier semestre 2012 dans un contexte difficile. Le chiffre d’affaires a régressé en raison des prix de vente en moyenne plus bas. Le résultat semestriel se situe au niveau de l’année précédente compte tenu des effets exceptionnels. Bell escompte un résultat opérationnel dans le cadre de l’exercice précédent sur l’ensemble de l’année 2012.

Le volume des ventes est resté stable dans l’ensemble du groupe à un niveau de 110’000 tonnes. Le chiffre d’affaires de CHF 1,23 milliard a régressé de 1,7 % par rapport à l’année précédente, essentiellement en raison des prix de vente en moyenne plus bas et de restructurations de l’assortiment. Le bénéfice brut a augmenté de plus de 4 millions pour atteindre CHF 401 millions. Près de CHF 9 millions sont venus grossir le bénéfice brut grâce à l’intégration complète de l’abattoir de Bâle, néanmoins contrebalancés par la baisse des prix de vente. Les coûts salariaux sont plus élevés qu’au cours de la période de référence du fait des effets de consolidation. L’abattoir de Bâle ainsi que les sociétés Hoppe (Convenience Viande) et Kocherhans (spécialités des Grisons) figurent pour la première fois dans les comptes au titre d’un semestre entier. En raison de la longue maturation des spécialités des Grisons, les premières ventes de marchandises n’interviendront qu’au second semestre 2012. Les effectifs s’élèvent fin juin à 6’511 collaborateurs (+ 146), dont près de la moitié travaillent en Suisse.

Au niveau EBITDA, le résultat opérationnel de CHF 78,9 millions est en baisse de CHF 4,1 millions par rapport à l’exercice précédent (- 5 %). Ce recul est attribuable à la provision unique d’un montant de CHF 6 millions pour la fermeture du site de Bochum. Après correction des influences spéciales, l’EBITDA se situe au niveau de l’année précédente. A raison de CHF 25,1 millions, le résultat de l’entreprise est inférieur de 1,7 million par rapport à l’année précédente.

Cap maintenu pour Bell Suisse

Chez Bell Suisse, le chiffre d’affaires de CHF 863 millions a régressé de 0,8 % par rapport à l’année précédente. Ce recul nominal est attribuable à des prix de vente en moyenne inférieurs de 3,6 %. Pendant ce temps, le volume des ventes a progressé de 2,5 % à 61’305 tonnes (+ 1’469 t). C’est un fait remarquable puisque le volume du marché en termes quantitatifs est, selon les estimations de Bell, en baisse de près de 2 % en Suisse. La production de viande d’abattage a augmenté de 1,1 % à 50’765 tonnes, celle de volaille de 4,4 % à 12’437 tonnes. Cette croissance concerne à nouveau la viande suisse. La demande de viande suisse a poursuivi sa progression. En même temps, la part des importations a de nouveau diminué de manière significative. La tendance est à la baisse des ventes dans le canal du commerce de détail et de l’industrie alimentaire, tandis qu’elles ont progressé dans le canal de la restauration. Après un bon démarrage en général au premier trimestre 2012, les mauvaises conditions météorologiques ont fait régresser les ventes des assortiments pour le barbecue.

Consolidation pour Bell Allemagne

Les prix des matières premières sont restés à un niveau très élevé au premier semestre. Si, isolément, les prix ont pu être ajustés sur le marché, la situation reste très tendue. Le chiffre d’affaires de Bell Deutschland (usine en Espagne comprise) a baissé de 1,1 % à CHF 231 millions. En monnaie locale, cela se traduit par une croissance de 4,3 %. Le volume des ventes à un niveau de 31’445 tonnes est inférieur de 0,6 % par rapport à l’année précédente. La croissance de Bell concerne principalement le jambon cru, tandis que les saucisses et saucissons sont en recul en raison des restructurations de l’assortiment engagées de l’an dernier. Dans le cadre de la révision des assortiments, Bell se concentre principalement sur les produits fortement générateurs de valeur ajoutée.

Bonne croissance pour Bell France

L’évolution des ventes des assortiments de saucissons et jambons en France affiche au premier semestre une croissance de 6,4 % à 6’852 tonnes. Le chiffre d’affaires a progressé de 2,1 % à CHF 53 millions. En monnaie locale, cela correspond à une augmentation de 7,6 %. Les assortiments pour le libre-service ainsi que les produits vendus aux comptoirs ont tous deux enregistré une évolution positive. Les prix très élevés des matières premières restent problématiques ou, autrement dit, les difficultés à répercuter les hausses de prix nécessaires sur le marché.

Situation différenciée pour Bell International

Les activités de Bell International ont évolué différemment selon les pays. En Pologne, les affaires évoluent comme prévu, même s’il faut continuer d’absorber les fluctuations monétaires. En Hongrie, Bell se concentre en raison de la faiblesse persistante de l’économie sur des améliorations de l’efficacité et sur des lignes de produits rentables. Le réseau de boucheries en République tchèque, en Slovaquie et en Roumanie a progressé par rapport à l’année précédente du fait de l’expansion continue. Les pays du Benelux ont dû faire face à une diminution des ventes d’un groupe de marchandises. Le chiffre d’affaires de Bell International a diminué de 12,6 % à CHF 87 millions, principalement pour cette raison. Converti en euros, cette baisse se monte à 7,9 %. Bell International a vendu au total 10’380 tonnes (- 13,3 %).

Perspectives

La réorganisation des activités internationales se poursuivra résolument au second semestre afin de jeter les bases d’une croissance rentable continue. Dans un contexte commercial stable durant le reste de l’exercice, Bell table sur un résultat opérationnel annuel dans le cadre de celui de l’année précédente.

Avez-vous des questions ?

Responsable Corporate Marketing/Communication

Davide Elia

+41 58 326 3030 media@bellfoodgroup.com

Responsable de projet Corporate Communication

Fabian Vetsch

+41 58 326 3030 media@bellfoodgroup.com