Le groupe Bell a augmenté son bénéfice en 2013 - dividende inchangé de CHF 60

24.02.2014, Publicité événementielle

Le groupe Bell a enregistré une évolution stable en 2013. Le chiffre d’affaires a augmenté de 3,7 % à CHF 2,62 milliards, alors que le bénéfice de l’exercice a progressé de 1 % à CHF 76,6 millions. Le dividende reste ainsi inchangé à CHF 60 par action.

Le chiffre d’affaires du groupe Bell a augmenté en 2013 de 3,7 % à CHF 2,62 milliards. Cette progression est principalement à rapporter au renchérissement des prix d’achat, s’élevant globalement à env. 7 %. Le volume d’écoulement total a baissé de 1,7 % à 218 millions de kilos. Des activités saisonnières faibles au premier semestre, des marchés parfois en recul ainsi que nos propres mesures de rationalisation des assortiments sont principalement à l’origine de cette évolution.

Le renchérissement des matières premières a comprimé la marge bénéficiaire brute de 33 à 32,1 %. L’optimisation permanente des assortiments à valeur ajoutée supérieure et l’élimination des éléments non rentables a permis d’augmenter le bénéfice brut en francs d’env. CHF 8 millions et de compenser partiellement les effets négatifs liés aux prix et aux volumes. Le résultat d’exploitation avant intérêts, impôts et amortissements (EBITDA) a augmenté d’env. 4,5 millions à CHF 190 millions. Après correction des effets spéciaux (env. CHF 9 millions en 2012), le résultat est en recul d’env. CHF 3 millions par rapport à l’exercice précédent. Le bénéfice de l’excercice a augmenté de 1 % pour atteindre CHF 76,6 millions. Sur cette base, le conseil d’administration proposera à l’assemblée générale de verser un dividende inchangé de CHF 60 pour l’exercice 2013.

Bell Suisse

Bell Suisse a augmenté son chiffre d’affaires de 5 % à CHF 1,84 milliard, alors que l’écoulement est resté stable, à raison de 122,1 millions de kilos. La progression du chiffre d’affaires est principalement à rapporter à des hausses sur les matières premières. Indépendamment de cet élément, le secteur Volaille a une fois de plus été un moteur de croissance majeur. Des renchérissements sur les matières premières ayant parfois atteint 30 % ont exercé une forte pression sur les marges. Une faible saison des grillades en raison de la météo au premier semestre s’est surtout répercutée sur le résultat du secteur d’activité Charcuterie. Le tourisme d’achat dans les régions frontalières a continué d’augmenter en 2013 à partir d’un niveau déjà élevé et dessert toujours fortement la production suisse.

Bell Allemagne

Le chiffre d’affaires des marchandises de Bell Allemagne a baissé de 1,6 % à CHF 482,8 millions (en monnaies locales -3,5 %). L’écoulement de 62,6 millions de kilos est en baisse de 6,1 % par rapport aux valeurs de l’année dernière. Dans les gammes des produits de charcuterie échaudés, saucissons secs et Convenience, Bell n’a pas pu se soustraire à des reculs conditionnés par le marché. De plus, la poursuite systématique des mesures internes d’optimisation de l’assortiment a été poursuivie avec rigeur. Le secteur des jambons crus continue d’évoluer de manière satisfaisante, puisqu’il enregistre une nette croissance en opposition avec la tendance générale du marché, si bien que Bell a pu développer sa position de leader de cette catégorie en Allemagne.

Bell Europe de l’Est/Benelux

A raison de CHF 187,1 millions, la division Bell Europe de l’Est/Benelux enregistre un chiffre d’affaires en hausse de 2,7 % (en monnaies locales +0,8 %). L’écoulement a augmenté de 2,3 % à 20,3 millions de kilos. En Pologne, les capacités de l’usine de Niepolomice sont très bien exploitées : le volume des ventes a dépassé le seuil des 8'000 tonnes pour la première fois. Grâce à un assortiment optimisée à forte valeur ajoutée, le chiffre d’affaires a enregistré une hausse plus que proportionnelle. En Hongrie, les volumes ont augmenté de 3,6 % à env. 6’250 tonnes. De nouveaux concepts de produits prometteurs, offrant une meilleure valeur ajoutée, sont en cours d’élaboration. L’entreprise poursuit parallèlement l’optimisation de l’organisation, des processus et des assortiments. L’évolution du réseau de boucheries géré par le secteur d’activité Novak, qui compte 116 sites (+16) en République tchèque et en Slovaquie, demeure satisfaisante. En Belgique, les mesures de rationalisation des assortiments initiées en 2012 se sont traduites par un recul des volumes d’environ 8 %. Bell a l’intention d’exploiter le potentiel qui existe pour des spécialités de qualité supérieure en exprimant clairement la valeur ajoutée qu’ils procurent. Ces mesures sont également liées à la réorientation de Bell Benelux en organisation régionale de distribution pour Bell, avec une réduction correspondante des activités purement commerciales.

Bell France

Bell France a également connu une croissance en 2013 : le chiffre d’affaires a augmenté de 8,9 % à CHF 106 millions (en monnaies locales +6,8 %), alors que l’évolution des ventes des assortiments de jambons et saucissons secs était positive, avec une progression de 1,8 % à 12,8 millions de kilos.

Perspectives

La constellation de plusieurs facteurs d’influence négatifs à laquelle l’entreprise était confrontée l’année dernière ne se répétera probablement pas en 2014. Par conséquent, Bell prévoit une légère amélioration des conditions-cadres pour l’exercice en cours. Les indispensables ajustements des prix de vente constituent toujours le défi central, compte tenu des prix élevés des matières premières. Les mesures de rationalisation des assortiments se poursuivront systématiquement jusqu’à leur terme prévu dans l’année en cours. Des gains d’efficacité et en matière de performance commerciale se sont déjà exprimés en 2013 et devraient encore s’intensifier.

Avez-vous des questions ?

Responsable Corporate Marketing/Communication

Davide Elia

+41 58 326 3030 media@bellfoodgroup.com

Responsable de projet Corporate Communication

Fabian Vetsch

+41 58 326 3030 media@bellfoodgroup.com