Gestion des risques

Bell Food Group pratique depuis 2009 un système structuré de gestion des risques. En tant qu’entreprise du secteur alimentaire, la situation sur le plan des risques peut globalement être considérée comme stable, sachant que les sociétés suisses et liechtensteinoises de Bell Food Group sont moins dépendantes du contexte conjoncturel que celles implantées dans le reste de l’Europe. Dans le cadre de la gestion des risques, le conseil dʼadministration, la direction générale et les directions des différents pays procèdent une fois par an à une évaluation des risques majeurs.

Dʼune façon générale, nous entendons par « risques » des événements ou agissements potentiels qui seraient susceptibles de nous éloigner des objectifs définis ou de mettre en péril la concrétisation de la stratégie. Les écarts positifs sont considérés comme des opportunités et les écarts négatifs comme des risques. Le processus stratégique tient compte des opportunités, alors que tout écart négatif est traité dans le cadre de la gestion des risques. Ces risques potentiels font lʼobjet dʼune analyse quant à la probabilité quʼils se réalisent et aux répercussions quantitatives le cas échéant.

Les risques potentiels sont intégralement recensés tous les trois ans ; ceux concernant directement Bell Food Group sont identifiés et des mesures définies, dans toute la mesure du possible, afin de réduire la probabilité de survenue et/ou les conséquences potentielles. Un responsable est désigné pour chaque mesure. Entre ces recensements trisannuels, le conseil dʼadministration et la direction générale du groupe surveillent lʼavancement des mesures et procèdent à une évaluation de la situation actuelle. Dans le cadre du processus de gestion des risques de Bell Food Group, ceux dont les conséquences potentielles sont susceptibles de dépasser un montant préétabli dans un délai de trois ans au niveau EBIT sont traités activement. Ce montant s’élève à CHF 5 millions pour la division Bell Suisse et à CHF 1 million pour les divisions Bell Allemagne et Bell International ainsi que pour les domaines d’activité Hilcona et Eisberg. Des dispositifs et mesures sont initiés, autant que faire se peut, pour les risques entièrement ou partiellement extérieurs au champ dʼinfluence du groupe.

En 2017, une évaluation des risques de gestion (Risk Management Controlling) a été effectuée pour Bell Suisse et Hilcona. Pour la direction, les risques majeurs se situent notamment dans les domaines de hausses soudaines et importantes des prix des matières premières, de décisions relatives à la politique agricole et dʼépidémies.

Les risques inhérents aux marchés financiers se limitent à l’exposition aux monnaies étrangères, en particulier dans la zone euro. Toutefois, ceux-ci ne dépassent pas le seuil qui en ferait des risques majeurs. Au cours de l’exercice considéré, un audit des risques a été effectué pour la première fois chez Eisberg. Le management a cerné un risque potentiel en cas d’interruption générale de l’exploitation, lors d’un incendie par exemple.

Dans le cadre de « General Health Checks », une révision interne a analysé les risques opérationnels liés à de nouvelles acquisitions et le management a défini et mis en application les mesures qui s’imposaient.

Communications aux médias

13.02.2018

Bell Food Group poursuit sa croissance stratégique

Au cours de l’exercice 2017, Bell Food Group a poursuivi avec rigueur les orientations stratégiques tracées et concrétisé une nouvelle croissance. Les produits des ventes de marchandises ont aug...

Plus